icon

Comment encaisser un titre restaurant ?

L’affiliation à la CRT est faite : vous devez maintenant apprendre à encaisser un titre restaurant. Pour ceci, faisons un point sur la réglementation et les terminaux de paiement.

 

Pour quels produits ai-je le droit d’encaisser un titre restaurant ?

Vous ne pouvez pas vendre n’importe quoi en échange de titres restaurant. Dans le cas où la restauration n’est pas votre activité principale, comme le supermarché, vous proposez des articles très divers (et pas seulement alimentaires).

Pour les règlements en titres restaurant, la Commission Nationale des titres restaurant (CNTR) a établi une liste de produits éligibles. Quels que soient l’entreprise émettrice et le moyen de paiement, la règle est la même. Les salariés doivent acheter des préparations alimentaires, ce qui inclut :

  • Produits frais ;
  • Plats surgelés ;
  • Epicerie sucrée et salée ;
  • Boissons.

En revanche, en échange de titres resto, la vente de féculents, de viandes et poissons non transformés, de viennoiseries, d’alcool et bien sûr de produits non alimentaires sont interdits.

 

Les différentes cartes de titres restaurant

Bien que les titres papiers soient encore utilisés aujourd’hui, bon nombre de salariés aiment régler par carte ou smartphone. Le titre restaurant dématérialisé est un moyen de paiement très répandu. Vous aurez alors affaire à deux types de cartes : la Conecs et la non Conecs.

  • La carte Conecs (deuxième génération) se reconnaît au logo Conecs. Elle s’appuie sur un réseau privé du même nom. Pour l’accepter, il faut installer une application dans son terminal de paiement et permettre une télécollecte dédiée à chaque opération bancaire ;
  • La carte non Conecs (première génération) présente un logo Visa ou Mastercard. Elle est adossée au système bancaire habituel et permet d’être remboursé en 48 heures. C’est le cas de la carte Swile, par exemple, est acceptée sur tous les terminaux de paiement. Ça facilite la vie non ?

Comment se déroule un paiement via un TPE ?

Sauf pour les chèques, il faudra vous munir d’un TPE pour régler les paiements de titres restaurant. Étant plafonnée à 19 euros par jour, le risque de refus d’une carte resto est quasi nul. Attention, il est interdit de rendre la monnaie sur un chèque (tandis que la carte permet le paiement au centime près).

Pour vous, restaurateur ou commerçant, l’encaissement s’effectue selon les méthodes habituelles :

  • Par chèque papier avec saisie du montant dans le logiciel de caisse ;
  • Par carte avec un code confidentiel PIN ;
  • Par carte en sans contact ;
  • Par smartphone via Google Pay, Apple Pay ou Samsung Pay.

Il suffit ensuite de donner le ticket de paiement au client et de conserver le ticket commerçant. La plupart des TPE reconnaissent les cartes restaurant, mais une Conecs peut vous demander une opération manuelle.

Titres-restaurant dématérialisés :

La démat’ c’est maintenant !

Comment passer à la carte ?
Comment choisir son partenaire ?
Quels-sont les avantages ?

👉 Tout savoir pour faire le bon choix

icon

Comment se faire rembourser les titres restaurant ?

Le remboursement sera plus simple avec un titre restaurant dématérialisé, mais comment ça marche ? Et combien ça coûte ?

 

Qui récupère les titres restaurant ?

C’est la Centrale de Règlement des Titres (CRT) qui s’occupe de rembourser les titres restaurant. Cette association a été créée en 1972 par les sociétés émettrices historiques du marché. Elle traite aujourd’hui plus de 700 millions de titres par an, ce qui représente une valeur de 5 milliards d’euros.

Les chèques doivent être directement envoyés à la CRT, tandis que les transactions bancaires sont automatiques. Si le délai maximal de remboursement a été fixé à 21 jours, sachez qu’il se fait sous 48 heures avec la carte.

 

Combien ça coûte ?

Le montant des commissions prélevées sur le remboursement d’un ticket resto dépend de la société émettrice. En général, plus vous souhaitez un traitement rapide, plus les coûts sont élevés. Le titre papier est avantageux dans le cas où vous acceptez d’être remboursé sous 21 jours et que votre trésorerie le permet. Quant à la carte, on tourne autour de ces montants :

  • Pour une carte Conecs : une part fixe entre 0,03 et 0,10 euros par transaction, une part variable à 3,8 % en moyenne et parfois un forfait mensuel ;
  • Pour une carte non Conecs (comme Swile) : une part variable à 3,5 % par transaction, sans aucun autre frais !
Titres-restaurant dématérialisés :

La démat’ c’est maintenant !

Comment passer à la carte ?
Comment choisir son partenaire ?
Quels-sont les avantages ?

👉 Tout savoir pour faire le bon choix