Le lab

Etude : l’entreprise est-elle toujours un lieu de convivialité ? 

4 min

Ces deux dernières années, la convivialité en entreprise a été malmenée. Le premier effet Kiss Cool de la crise, c’est la rupture brutale et forcée de nos habitudes sociales et professionnelles. Des confinements et couvre-feu à répétition, au chômage partiel, en passant par la mise en place du télétravail, nos petites habitudes de convivialité en ont pris un coup. Le second effet Kiss Cool de la crise, c’est la remise en questions des habitudes de travail et les nouvelles mesures mises en place dans les entreprises : 100% télétravail, travail hybride, bureaux réinventés… de la distance (physique) s’est littéralement installée.

Alors, nous nous sommes posés une question : dans quel état se trouve la convivialité en entreprise ? 

La convivialité en entreprise : un constat global positif 

74% des salariés interrogés déclarent que les moments de convivialité leur ont manqué. Ça, c’est la bonne nouvelle. Les salariés français aspirent à plus qu’une mission ou un poste, ils cherchent un environnement convivial. 

Bien évidemment la première clé du succès repose dans l’interprétation du terme convivialité… Vous avez 4 h. 

Quelques différences entre Paris et les régions françaises. 

Si la convivialité affiche un score positif que ce soit à Paris ou en région, on remarque cependant de nombreuses différences dans leur exécution ou dans la façon de la vivre. 

Par exemple, en région, les occasions célébrées sont moins nombreuses qu’en Île-de-France, ou encore lors de la pause-déjeuner, les salariés travaillant en région auront plus tendance à chercher à se déconnecter qu’en Île-de-France, et enfin les salariés et managers sont plus investis en Île-de-France qu’en région. 

Il n’y a pas de bonne réponse, ce que l’on remarque c’est que chacun agit en fonction de son métier, la structure de l’entreprise et des contraintes inhérents à leur activité et style de vie. 

La convivialité en entreprise, l’affaire des salariés ? 

83% des répondants ont établi que la convivialité se réalisait entre collègues. Et 70% des occasions célébrées sont les… départs. 

Coïncidence, je ne crois pas. Si vous ne deviez choisir qu’une occasion à célébrer, ne serait-ce pas la même ? Comment ne pas marquer d’une pierre blanche le départ d’un collègue ? 

Là où le bât blesse, c’est de constater que tous les autres moments de la vie en entreprise sont très peu célébrés : anniversaires professionnels, arrivées, etc. Et pourtant, on remarque que dans les cas où l’on multiplie les moments de convivialité, le niveau de convivialité est jugé excellent par les répondants. 

D’autre part, on observe que là où la convivialité est jugée excellente, elle n’est pas seulement portée par les salariés mais par les managers, les RH, le CSE et la direction. 

À distance la convivialité n’est pas naturelle

Près d’un tiers des salariés interrogés en télétravail estiment que la convivialité est difficile à conserver à distance et seulement la moitié d’entre eux estiment qu’il est simple de mettre en place des rituels. Des chiffres qui viennent encenser les détracteurs du télétravail, mais attention, personne n’a dit que c’était impossible, mais cela demande certainement un peu plus d’effort pour pallier la sérendipité des échanges informels au détour d’un couloir. 

Les moments du quotidien au coeur de la convivialité en entreprise

Nous avons parlé des occasions célébrées comme les anniversaires ou les départs, mais la convivialité vit également (surtout ?) au quotidien. Pour 44% des salariés, la pause café est LE moment de convivialité par excellence, suivi de très près par la pause-déjeuner tandis que le verre après le boulot, arrive bien après. Et encore une fois nous observons des distinctions selon la tranche d’âge ou entre l’Île-de-France et les régions. 

S’il n’y a pas UNE recette magique à la convivialité, nous avons tout de même réussi à tirer quelques enseignements. Tout est dans notre étude à télécharger juste ici. 

Abonnez-vous à notre Swiletter

Vous êtes à l'aise avec notre politique de confidentialité et avec le fait qu'on vous recontacte pour parler de nos services ? Super ! On peut continuer alors.