Le pouvoir du “merci”

Jérémie Sicsic

“Un grand merci pour ton aide Alex !” 

“Merci Christelle, vraiment merci !” 

“D’avance merci pour votre retour rapide”

Remerciement, célébration, critique ou ordre déguisé,… Décidément, bien des significations se cachent derrière ces 2 syllabes connues du monde entier. 

A fortiori dans un contexte où l’écrit – du fait de la pandémie – devient un mode de communication privilégié dans les compagnies. (“De rien pour la rime en i” 😛).

Et si le terme “merci” signifiait bien plus que les attributs qu’on lui prête spontanément ? 

Et si le fait de dire “merci” conférait un pouvoir spécial, non seulement à celui qui le reçoit, mais aussi à son émetteur ? 

Petit guide de survie du “merci” en entreprise.

Que signifie dire “merci” ?

Pourquoi disons-nous “merci” ?

Y avez-vous seulement déjà réfléchi ? 

“Merci” est le feedback positif par excellence. Mais a-t-il toujours le même sens ? Rien n’est moins sûr.

En fonction du contexte, “merci” aura de nombreuses significations, à savoir :

  • Valorisation de l’individu : “Merci d’être là, tu comptes énormément pour l’équipe”
  • Feedback de renforcement :”Tu étais hyper à l’aise à l’oral, merci pour cette prise de parole inspirante”
  • Feedback d’amélioration : “Merci pour ce travail. Cependant, je pense que nous n’y sommes pas encore” (ouch il fait mal celui-là 😬)
  • Rupture : “Vous êtes remercié” (celui-ci encore plus !)
  • Accusé de réception : “Merci.”

Si ces différentes significations du “merci” sont faciles à décoder, d’autres formes sont plus subtiles. En particulier à l’écrit, car l’intonation est moins facile à transmettre qu’à l’oral.

Lorsqu’on communique à écrit, il faut donc redoubler d’attention dans la manière dont on formule les choses.

Regardons plus en détails les subtilités d’interprétation du “merci”.

Les différentes manières de dire “merci”

“Merci pour cet échange Catherine !”

“Merci d’être là Catherine, tu ne sais pas à quel point ton soutien est important pour moi 💛”

Ou encore

“Super intervention, merci Tom”

“J’ai trouvé que ton intervention était hyper claire, tant sur le fond que la forme. J’ai adoré les exemples que tu as donné. Un grand merci pour cette présentation aux petits oignons !”. 

Vous voyez la nuance ? Quel message préférez-vous ? Le “merci” simple et convenu, ou le remerciement approfondi permettant de se sentir réellement reconnu et valorisé ?

Dans 95% des cas, nous recevons le premier type de feedback. Pourtant le deuxième a bien plus de valeur. 

Pensez-y au moment de remercier votre collègue ou collaborateur. La minute supplémentaire que vous allez prendre à rédiger votre message peut littéralement changer sa semaine. 🌈

Parlons maintenant des “merci” dont la formulation peut avoir l’effet inverse de celui escompté.

Les “merci” contre-productifs

Les “merci” que l’on reçoit n’ont pas tous un impact positif. Loin s’en faut.

Il y a d’abord les “merci” ironiques qui donnent du fil à retordre.

“Alors là vraiment, merci Arthur…! Grâce à toi, on va devoir recommencer à zéro. Merci !”

Voilà le genre de message vraiment destructeur.

Détourner à escient la signification du “merci”, un vrai cadeau empoisonné !

C’est le genre de sentence qui nous fait parfois douter de la sincérité de certains “merci”.

C’est le genre de sentence qui nous fait relire plusieurs fois certains messages pour être sûr qu’il n’y a pas d’ironie cachée.

Bref, c’est le genre de sentence à banir.

Il y a ensuite le “merci” que l’on sent forcé.

“Merci Sandra.”

Il n’apporte pas grand chose. Ce n’est pas un vrai “merci”. C’est plus un accusé de réception.

D’autant plus quand aucune ponctuation ou autre emoji l’accompagne pour lui donner une signification complémentaire.

Car “merci.” et “merci !” n’ont pas la même signification, tout comme “merci 🙂” et “merci 😃” ne veulent pas tout à fait dire la même chose.

Pensez-y. C’est important.

Il y a également le “merci” qui ne sert à rien

Oui oui, vous savez le merci qui est suivi d’un “mais…”.

“Merci pour ton aide. Mais tu aurais pu être plus réactif”

“Merci pour ta présentation. Mais elle était un peu longue”

Quelle est la valeur du “merci” quand il est suivi d’un “mais” ? Nulle. Voire négative.

Tout ce qui précède un “mais” n’a pas de valeur.

S’il vous plaît, si vous êtes arrivé jusque là, vous pourrez bien faire l’effort supplémentaire de supprimer la conjonction de coordination “mais” de votre dictionnaire ? (yes, j’ai réussi mon pari de caser “conjonction de coordination” dans un article 💪).

Il y a enfin le “merci” autoritaire. 

C’est le “merci” qui instaure une relation de subordination avec l’autre. Il mérite une section à part entière celui-là.

Le pouvoir du “merci”

“Merci d’avance”

“Merci de bien vouloir me répondre rapidement”

“Merci pour ton travail”

Voilà le type de “merci” que je qualifie d’autoritaire. 

Il induit clairement une hiérarchie entre l’auteur·ice et le destinataire.

Il ne met pas franchement à l’aise. Il vaudrait mieux parfois s’en passer.

Au lieu de mettre en valeur le destinataire, il valorise l’émetteur.

Disons-le franchement : il lui donne un air de supériorité parfois franchement insupportable.

Il atteint l’objectif contraire : au lieu d’élever le destinataire, il lui donne un sentiment d’infériorité.

Il donne parfois le sentiment d’acheter l’autre pour mieux arriver à ses fins.

“Merci pour ta présentation. Pourras-tu aussi rebosser mes slides ?”

Lol.

Et si dire “merci” rendait heureux ?

Dans le pays des “merci”, qui est le plus heureux entre l’émetteur et le destinataire ?

Qu’est-ce qui est préférable : dire “merci”, ou recevoir le “merci” ?

De nombreuses études scientifiques rigoureuses le prouvent : exprimer sa reconnaissance ou sa gratitude contribue directement au bien-être.

Selon la Clinical Psychology Review, “depuis quelques années, beaucoup d’études ont clairement démontré les liens qui existent entre la gratitude et de nombreuses formes de bien-être.”

Il a ainsi été démontré que le fait de faire une liste quotidienne de 3 à 5 personnes, événements ou actions pour lesquelles on a de la gratitude a un impact mesurable sur la santé.

Alors aujourd’hui, si vous vous faisiez plaisir en remerciant les personnes qui vous sont chères, tout comme les collègues que vous appréciez ?

Chez Swile on le fait au moins une fois par semaine, grâce au “Good vibes good feedback”, une conversation ouverte le vendredi dans laquelle on passe en revue toutes les personnes que l’on souhaite remercier ou valoriser.

Qu’est-ce qu’on se sent bien une fois qu’on a donné ces feedbacks positifs ! Encore mieux que lorsqu’on en reçoit à coup sûr !

Conclusion

“Merci” a de nombreux super pouvoirs !

Le pouvoir de faire du bien à son entourage.

Le pouvoir de se faire du bien à soi-même.

Mais Et aussi le pouvoir de créer un lien de subordination avec l’autre.

Ou encore le pouvoir d’agacer franchement lorsqu’il est mal utilisé.

Dans un contexte où les occasions de dire “merci” sont plus rares, et où la communication écrite est devenue la norme, il est d’autant plus important d’utiliser ce super pouvoir de la meilleure des façons.

Et pour ce faire, il n’y a pas de secrets : il faut pratiquer !

Alors, à qui allez-vous dire “merci” en premier ? 

PS : faites un cadeau à vos collègues (et à vous-même) : n’offrez non pas une carte cadeau Swile, partagez cet article ! Vous recevrez plus de “merci” sincères et moins de “merci” artificiels. 

PS 2 : un énorme, énorme, énorme merci d’être arrivé jusque là. Vraiment. Prendre consciences des super pouvoirs du merci est une première étape pour devenir un·e super collègue/ami·e. 

Pour tout le reste, il y a la Newsletter de Swile, inscrivez-vous juste en dessous 👇 (vous ne m’en voudrez pas d’avoir tenté le coup ? C’était un merci sincère, promis juré craché ! )