Tribune
Tribune

Être membre du CSE : piège ou opportunité ?

Solène Cornec

Durée de lecture : 9 min
3617 Vérif
Être membre du CSE : piège ou opportunité ?

Les candidatures sont ouvertes ! Vous avez bien envie de vous lancer et d’intégrer le CSE de votre entreprise, mais voilà, une question vous taraude : est-ce une bonne idée ? 

Sur le papier, l’idée est séduisante puisque le CSE a pour but d’assurer le bien-être des salariés, mais en réalité votre coeur balance. 

Allez-vous vous retrouver piégé.e entre votre employeur et vos collègues et endosser un rôle dont vous ne voulez pas ? Ou au contraire vous emparer des sujets de fond, tel un super-héros de la mission sociale, et mettre en place de nombreuses actions au service du bien-être des salariés ? 

👉La question “elle est vite répondue” : cela dépend de votre rôle au sein du CSE et de vos attentes. 

Pour y voir plus clair, nous vous proposons un petit tour très schématique des différentes fonctions et de leur impact : trouverez-vous chaussure à votre pied ? 

Chacun son rôle, chacun son impact

Les “boss” 

cse

Secrétaire ou trésorier, on les appelle Monsieur ou Madame : ce sont les piliers du CSE et les As de l’organisation et du budget ! 

Le secrétaire est le porte-parole du CSE. C’est l’interlocuteur privilégié, son rôle est aussi exigeant que primordial. C’est à lui que revient le privilège de préparer les ordres du jour, de veiller au bon déroulement des réunions et des votes, et de rédiger les procès-verbaux. Il gère les priorités, les égos, les désaccords. 

  • Les + : Le secrétaire est au coeur de toutes les discussions et de toutes les décisions. 
  • Les – : C’est une fonction exigeante, qui demande un savoir-faire organisationnel, relationnel, de médiation et d’animation. 

Le trésorier, quant à lui, gère la comptabilité et les budgets. Il doit jongler habilement entre le budget de fonctionnement et le budget dédié aux activités sociales et culturelles (ASC). Il voue une véritable admiration aux flux financiers, aux livres comptables et entretient une relation intime avec la notion de fiscalité. Il est donc impératif de ne pas souffrir de phobie administrative. 

En somme, pour ce rôle, il est essentiel d’aimer les chiffres, même ceux qui dérivent.

Les chefs de projet autrement appelés les moutons à cinq pattes

cse

Ils sont partout, multitâches et très opérationnels. Ils répondent au mieux aux besoins et demandes des salariés. Suivant la taille de l’entreprise, ils agissent sur un ou plusieurs des axes suivants : les activités sociales et culturelles, la santé, la sécurité et l’hygiène, et les consultations (d’ordre économique, stratégique ou sur les conditions de travail). 

  • Les + : Ils sont au coeur des relations entre les salariés et la direction. Ils portent les sujets, les défendent et les mettent en place de A à Z. En bonus, ils touchent à tout ! 
  • Les – : Il faut parfois s’armer de patience pour que certains projets voient le jour et il faut savoir prioriser les exigences des salariés en fonction du budget.  

Les experts 

cse

Suivant la taille de l’entreprise, il est nécessaire de mettre en place des “groupes de travail” pour apporter des solutions à des problématiques ciblées de l’entreprise. Ce sont les commissions : 

  • la commission santé, sécurité et conditions de travail, 
  • la commission économique, 
  • la commission de la formation, 
  • la commission d’information et d’aide au logement, 
  • la commission de l’égalité professionnelle,
  • la commission des marchés. 

D’une commission à l’autre, à vous de voir si vous êtes plus “masques et gel hydroalcooliques” ou “égalité des salaires”. Dans tous les cas, vous allez vous spécialiser sur un sujet précis. 

  • Les + : Chaque commission se spécialise sur un sujet et le traite en profondeur. 
  • Les – : Les commissions soumettent des propositions au CSE qui est en droit de choisir de les mettre en place ou non.

Les règles du jeu

cse

Qui décide ? 

Même si il existe un ordre du jour et que tous les membres du CSE n’ont pas la main sur les chantiers à mener, ils ont en revanche tous (à l’exception de l’employeur) un droit de vote pour exprimer leur soutien ou non à un projet donné. Ici, la règle est simple puisque c’est un principe démocratique : la majorité l’emporte. 

Vos droits 

(liste non exhaustive, nous avons relevé les plus significatifs, avant de ne pas vous submerger d’informations 🤯)

Les heures de délégation 

C’est le nombre d’heures dédiées aux projets du CSE, utilisables sur votre temps de travail. Pour les entreprises ayant moins de 50 salariés, le nombre d’heures de délégation ne peut pas être inférieur à 10 heures. Concernant les entreprises ayant plus de 50 salariés, le nombre d’heures ne doit pas être inférieur à 16 heures.

Le droit d’alerte 

Le CSE est garant du bien-être des salariés et veille au grain pour que les règles éthiques, morales et légales soient respectées. Aussi, ils peuvent lorsque cela leur semble nécessaire user d’un droit d’alerte dans les cas suivants : 

  • Atteinte au droits des personnes
  • Danger grave et imminent pour la vie et la santé de salariés
  • Risque grave pour la santé publique et pour l’environnement
  • Action pouvant affecter de manière forte la situation économique et financière de l’entreprise
  • L’utilisation abusive de contrats précaires dans l’entreprise

‍‍Le droit de libre circulation 

Selon le site CSE-guide, “Pendant les heures de délégation, les élus du CSE peuvent circuler librement en dehors du périmètre de l’entreprise afin d’exercer leurs missions d’élus.”. L’occasion pour eux de rencontrer des experts, tant pour préparer des réunions que pour répondre à une problématique donnée. 

L’impact sur votre entreprise

Les membres du CSE ont une mission : “présenter à l’employeur les réclamations individuelles ou collectives relatives aux salaires, à l’application du Code du travail et des autres dispositions légales.”. Il est rare que les requêtes des employés aillent à l’encontre de leur propre bien-être. Aussi, le CSE tend tout simplement à améliorer la vie des salariés. 

Vous devez postuler si…

  1. Vous êtes éligible. Ça serait dommage de faire campagne pour rien. 
  2. Vous êtes passionné et engagé par les sujets qui incombent aux élus du CSE. 
  3. Vous avez un peu de temps. Tant qu’à être élu, autant bien le faire. 
  4. Vous êtes capable de faire la part des choses entre les idéaux des salariés et la réalité du CSE.
  5. Vous êtes à l’aise avec l’idée de devoir mettre en priorité l’éthique, la morale et la justice en dépit de certains conflits. 
  6. Vous avez envie de faire bouger les choses et vous croyez en votre entreprise. 
  7. Et si vous êtes comme Lucie, Secrétaire du CSE chez Swile….

🎁 Témoignage

Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter pour faire partie du CSE ?

Je suis chez Swile depuis plusieurs années. Les personnes qui y travaillent sont la source de cette fusée et cette croissance dingue que nous connaissons. Aussi, le volet humain est essentiel. J’ai trouvé que c’était un très beau challenge à relever : bichonner les collaborateurs mais aussi notre ADN et nos valeurs. 

Qu’en retirez-vous personnellement ?

C’est un rôle plein d’échanges. Cela donne une vision très transversale de l’entreprise. Toutes nos réunions sont ultra participatives et constructives. 

Ce rôle m’a aussi permis de “vivre ma vie d’élue” : de comprendre les attentes, les besoins de ces personnes qui s’engagent dans l’entreprise en complément de leurs postes. 

De plus, nous adressons aujourd’hui le marché des CSE – avec l’offre cadeau la plus complète du marché, évidemment (rires). Le vivre de l’intérieur est un superbe accélérateur de compréhension des besoins de mes interlocuteurs.

Quelles difficultés avez-vous rencontré depuis votre prise de poste ?

La Covid a beaucoup impacté l’une des instances du CSE : le CHSCT (comité d’entreprise et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail). Ces 5 lettres qui m’étaient inconnues sont vite devenues des grandes amies et les incontournables de nos réunions CSE de ces derniers mois ! 

Quelles mesures concrètes le CSE a-t il mis en place dans votre entreprise ?

Plein ! Nous avons changé de Convention Collective, voté des accords d’entreprise pour adopter un cadre qui nous ressemble. Nous avons mis en place le congé second parent, véritable pilier de l’égalité femmes-hommes. 

De plus en plus de bébés Swilers viennent agrandir la famille, c’était important pour nous de le valoriser. Alors, pour continuer sur cette lancée, nous venons de conclure un partenariat avec les crèches Les Petits Chaperons Rouges pour faciliter l’accès aux places en crèches et enlever cette préoccupation aux employés. 

Enfin, le télétravail a toujours fait partie intégrante de notre ADN, la charte de télétravail est notre prochain ordre de jour.  

Et ce n’est que le début !

Alors piège ou opportunité ? 

Faire partie d’un CSE n’est pas un piège à proprement parlé puisqu’il est rare d’en ignorer les implications, mais surtout, le bénéfice est bien plus grand que les désagréments – qui relèvent la plupart du temps du cas spécifique, que d’une généralité. 

C’est une véritable opportunité qui permet d’avoir un impact concret sur le bien-être des salariés. Et ça, c’est important. Alors, à vous de voir : êtes-vous un “boss”, un chef de projet ou un expert ? 

  • Chacun son rôle, chacun son impact
  • Les règles du jeu
  • Vous devez postuler si…
  • Alors piège ou opportunité ? 

Abonnez-vous à notre Swiletter

Vous êtes à l'aise avec notre politique de confidentialité et avec le fait qu'on vous recontacte pour parler de nos services ? Super ! On peut continuer alors.

Vous aimez cet article ?

Vous allez adorer notre sélection :

Swile lance son kit CBD pour booster le bien-être des salariés !

Swile lance son kit CBD pour booster le bien-être des salariés !

Pour lutter contre le stress des salariés, et si le ...