Le lab

Essor du freelancing : pourquoi le salariat ne séduit plus ?

10 min

Il y a quelques semaines, les entreprises du secteur des services informatiques faisaient la Une après l’enregistrement d’une déferlante de départs au sein de leurs effectifs. Les 12 derniers mois, ces sociétés ont perdu près d’un quart de leurs employés, faisant même plonger la cote boursière de certains mastodontes comme Capgemini. Preuve s’il en fallait de l’intrication étroite entre les ressources humaines et le business.

Dans le même temps, l’attrait pour le freelancing n’a jamais été aussi fort : en 5 ans, les créations de micro-entreprises ont presque doublé, les indépendants plébiscitant la liberté, l’autonomie mais aussi pour certains profils pénuriques l’attrait financier de ce statut. Tant et si bien qu’il devient aujourd’hui difficile pour l’entreprise de réattirer cette population dans ses filets. Les arguments tels que la semaine de 4 jours sauront-ils les convaincre ? Ou s’agira-t-il plutôt de réinventer les modalités de collaboration avec les freelances pour mieux les fidéliser ? Et si le futur du travail se jouait dans l’hybridation des statuts ? Analyse et conseils.

Un constat qui n’étonne plus

On se fait piquer nos talents tous azimuts !”, témoigne le CEO d’une boîte de comparateurs de téléphonie mobile. “Je n’ai jamais connu une telle tension sur le marché du recrutement”, lance de son côté le DRH d’un acteur historique du retail. Ce type de témoignages, vous en trouverez à tous les coins de rue (ou presque). Et si la plupart des employés sautent juste de sociétés en sociétés, pour d’autres, c’est le freelancing qui leur fait de l’œil, notamment à l’heure de la Grande Démission qui sévit aux Etats-Unis, et dont on commence à parler en France.

Je n’ai jamais connu une telle tension sur le marché du recrutement

L’an dernier, la plateforme pour indépendants Malt a enregistré une augmentation de 27% des inscriptions sur ses métiers historiques (tech & data, design, marketing, content…). Fait nouveau : “nous avons observé une hausse de 23% sur des métiers plus traditionnels comme les profils de commerciaux, business developper ou toutes les fonctions support (finance et juridique)”, témoigne Camille Léage, Head of community chez Malt. Des professions d’ordinaire dévolues au CDI et dans lesquelles on retrouve donc de plus en plus de conseillers indépendants.

Un constat qui n’étonne pas Catherine Barba, célèbre business angel et entrepreneure française qui se décrit comme une “mamie du web” (titre honorifique pour cette pionnière du digital). Au board de nombreuses grandes entreprises telles que Renault, elle assiste à une révolution des besoins avec l’accélération de la digitalisation. “Ces entreprises ne peuvent plus croître sans talents externes, tout simplement car elles ont besoin de compétences qui sortent totalement du cœur de leur business”, observe-t-elle. D’ailleurs, elle vient de lancer Envi, la première école pour les indépendants visant à les aider à développer leur activité, tout en accompagnant les entreprises afin d’améliorer leur collaboration avec les freelance.

Ces entreprises ne peuvent plus croître sans talents externes, tout simplement car elles ont besoin de compétences qui sortent totalement du cœur de leur business”,

“Mais pourquoi voulez-vous les salarier ?”

Chantre du freelancing et auteur du documentaire “Work in progress : Why do we even work ?”, Samuel Durand ne mâche pas ses mots quand on lui demande s’il est possible de convertir un freelance (heureux) en salarié : “Ces profils n’ont aucun intérêt à opérer ce changement”. Et les entreprises auront bon aligner leurs avantages les plus délicieux, rien n’y fera.

Les freelance gèrent déjà leur temps comme ils le souhaitent, cela ne leur apporte rien

Tiens, par exemple : la semaine de quatre jours, les vacances illimitées ? “Les freelance gèrent déjà leur temps comme ils le souhaitent, cela ne leur apporte rien”, répond-t-il du tac au tac. Le full remote ? Idem, ils sont déjà confortablement installés sur leur canapé ou en train de coworker avec des potes, what else  ? Un management réinventé ? Les freelance sont déjà libres de gérer leur mission comme bon leur semble.  La capacité à créer du lien avec une équipe ? “Certains freelance ont des relations de très longue durée avec leurs clients, parfois plus de 10 ans”, témoigne-t-il.

Outre la quête de liberté, l’attrait pour le freelancing s’explique également par l’intérêt économique que peut revêtir le modèle. Dans certaines professions, les prestations atteignent des tarifs journaliers très élevés. “Sur Malt, cela peut monter jusqu’à 1200€ pour un chef de projet IT ou un data engineer, voire bien plus loin pour un manager de la transition”, constate Camille Léage. Dès lors, il est souvent difficile pour les entreprises de rivaliser. 

Sur Malt, cela peut monter jusqu’à 1200€ pour un chef de projet IT ou un data engineer, voire bien plus loin pour un manager de la transition

Bien sûr,  le paysage du freelancing ne se résume pas à la data et au développement d’applications web.  Dans d’autres secteurs, l’argumentaire des entreprises nouvelle génération peut faire mouche. En témoigne Marie, journaliste, qui a récemment choisi de replonger dans le salariat dans des conditions optimales puisqu’elle va exercer à distance au sein d’une startup : “Je suis freelance depuis 10 ans. J’ai adoré ce statut, je m’y sentais très libre. Mais j’ai eu envie d’autre chose après avoir eu mes enfants. Je ne voyais plus comment évoluer dans mon métier, j’avais envie de découvrir d’autres facettes comme le management. J’avais également le désir de m’engager à fond pour une seule et même société. Comme je serai à 80%, je vais quand même garder un peu de freelancing ce qui est très rafraîchissant”. 

C’est aussi un besoin de sécurité qui l’a convaincue de rejoindre le salariat : “en cas d’accident de la vie, on est quand même très mal protégés. Sans parler de la retraite qui est vraiment très faible pour les indépendants. Personnellement, je ne faisais pas de portage salarial car le coût est quand même élevé. Cela ne m’a pas empêché de décrocher un crédit immobilier car cela faisait longtemps que je travaillais en freelance, mais ça aurait pu être compliqué”, ajoute-t-elle.

Le freelance, un salarié comme les autres ?

Parce que les besoins et les envies varient au fil de la vie, la vraie question n’est finalement pas d’opposer le freelancing au salariat. On le voit, les frontières sont poreuses et il est fort probable que le modèle à venir pourrait s’articuler entre une activité salariée en ¾ ou ⅘, assortie d’un petit volet de freelancing. “Les entreprises sont encore trop dans une dichotomie dedans/dehors, il faut vraiment qu’elles repensent leur manière d’intégrer les indépendants”, analyse Catherine Barba.  L’idée est donc plutôt de déterminer comment ces deux mondes vont travailler ensemble à l’avenir : “On pourrait même imaginer un Great Place to Work pour les freelance”, lance Samuel Durand. 

Les entreprises sont encore trop dans une dichotomie dedans/dehors, il faut vraiment qu’elles repensent leur manière d’intégrer les indépendants

Une meilleure collaboration, c’est possible ?

En bonus, nous vous livrons quelques pistes qui pourraient mener à une meilleure collaboration entre freelance et entreprise :

Former les recruteurs

Tout d’abord, il est important de former les recruteurs à la pluralité des modes de collaboration au sein des entreprises. Tout le monde ne rêve pas du CDI, et les envies évoluent. “J’ai le cas d’un développeur qui nous a rejoint en freelance et a finalement accepté de signer un CDI  au bout de plusieurs mois car il se sentait bien dans la boîte”, témoigne ce dirigeant d’une startup.

Pour engager vos collaborateurs comme les freelances

👉 Téléchargez notre dico de l’engagement 👈 

Soigner l’arrivée

Ensuite, comme pour tout salarié, il est essentiel de bien préparer l’onboarding du freelance, surtout s’il va collaborer plusieurs mois avec l’entreprise. Cela passe par des échanges avant le début de la mission pour bien rappeler le contenu de celle-ci et la façon dont elle va s’implémenter dans l’entreprise. 

Offrir le même traitement aux freelances qu’aux salariés

Pour bien préparer cette arrivée, on peut aussi chouchouter le salarié : “si le freelance est amené à collaborer sur une longue durée, il peut être de bon ton de lui offrir les mêmes cadeaux ou goodies que l’on fournit aux salariés à leur arrivée”, note Catherine Barba. 

Donner de la visibilité

Samuel Durand insiste de son côté sur l’importance de transmettre un organigramme clair au freelance. “Je conseille de nommer un référent au sein de l’entreprise qui permettra de centraliser les points de contact avec les autres services”, ajoute-t-il. La communication étant primordiale, le freelance pourra au besoin intégrer certains canaux comme le Slack de l’entreprise. 

Laisser de la liberté et de l’autonomie aux freelances

Cela semble évident, mais rappelons-le : le freelance n’est pas soumis à un lien de subordination. Il fonctionne en mode projet. Alors, tout comme le micro management est un poison pour les salariés, il n’a définitivement aucun droit de cité dans le cadre du freelancing. “Il ne faut pas traquer le temps du freelance mais fonctionner aux objectifs”, martèle Samuel Durand qui insiste sur le besoin d’autonomie et de créativité de cette population. Le travail asynchrone doit également être utilisé pour offrir au freelance toute la latitude organisationnelle dont il a besoin pour s’épanouir dans sa mission avec l’entreprise.

Donner de la reconnaissance

Durant sa collaboration avec l’entreprise, le freelance doit aussi ressentir qu’il progresse, que son travail est reconnu. “Pourtant, rares sont les entreprises qui font des retours aux freelance”, relève Camille Léage. C’est en ce sens que Malt a fondé son programme de peer learning, la Malt Academy, afin de développer toujours plus les compétences des indépendants. 

Dans la continuité du point précédent, Catherine Barba souligne l’importance pour l’entreprise d’aider tout autant les salariés que les indépendants à accomplir leur propre destinée, mais aussi à s’assurer de leur bon outskilling (autrement dit, comment les réentraîner pour devenir encore plus performants dans leur job). Les points en one to one sont à ce titre très importants pour mieux comprendre la trajectoire du freelance.

Les intégrer aux moments d’équipe

Pour participer pleinement à la vie de l’entreprise, le freelance engagé sur une mission de longue durée peut être invité aux temps forts de l’entreprise, comme la grand messe annuelle du CEO, ou, dans un registre plus prosaïque, l’apéro après une journée de boulot au siège. “Il est important de partager des éléments de la culture d’entreprise au freelance”, souligne Samuel Durand.

Soigner l’offboarding

Enfin, l’offboarding doit être soigné. “L’entreprise doit rechercher un maximum de feedbacks de la part du freelance pour comprendre comment s’améliorer les prochaines fois”, recommande Samuel Durand. Il souligne aussi la pertinence de créer un fichier partagé au sein de l’entreprise regroupant les coordonnées des indépendants, histoire que les pépites ne se perdent pas lorsque Mélanie quittera son job, emmenant avec elle son fichier Excel perso regroupant le pool de talents.

Least but not last…

Payer à temps les freelance, c’est aussi un moyen de s’assurer de leur rétention sur la durée (ben ouai, qui aime qu’on lui fasse sauter son salaire à la fin du mois ?) Pourtant, de trop nombreuses boîtes ont encore un élastique au porte-monnaie quand il s’agit d’honorer leurs factures. 

Pour finir, à toutes celles et ceux qui craignent la fin du salariat : non, nous n’y sommes pas. “On ne construit pas une licorne seulement avec des freelance”, souligne Camille Léage. Mais il est clair que les frontières deviennent de plus en plus poreuses et que les trajectoires professionnelles ne sont plus linéaires. Dans ce manège du recrutement, les entreprises qui décrocheront la queue du Mickey seront certainement celles qui auront su placer les indépendants et les salariés sur un même continuum de respect, autonomisation et liberté. 

Pour engager vos collaborateurs comme les freelances

👉 Téléchargez notre dico de l’engagement 👈 

Abonnez-vous à notre Swiletter

Vous êtes à l'aise avec notre politique de confidentialité et avec le fait qu'on vous recontacte pour parler de nos services ? Super ! On peut continuer alors.