3617 Vérif

4 conseils pour favoriser la convivialité en entreprise

6 min

La dimension relationnelle du travail est de plus en plus identifiée comme un enjeu majeur de l’entreprise. Le sentiment d’isolement a marqué les esprits pendant la crise Covid, et le lien social a manqué à tous. C’est ce que confirme l’étude Swile “l’entreprise est-elle toujours un lieu de convivialité” qui relève que les moments de convivialité ont manqué à 74% des salariés. Une opportunité se présente aujourd’hui pour reconnaître l’importance de la convivialité et son intérêt pour améliorer le bien-être des collaborateurs, mais aussi la performance des organisations.  

Maintenir le cap fixé après la crise du Covid

La bonne nouvelle de l’étude Swile est que 75% des salariés ont une perception positive de la convivialité dans leur entreprise. Il est important, surtout dans un contexte de crise et d’hybridation du travail, de maintenir le cap, car les bénéfices de la convivialité sont nombreux. Elle permet de renforcer les liens entre collaborateurs et donc l’entraide, indispensable lorsqu’on sait que la performance globale ne s’atteint pas seul. La convivialité est également un levier sous-estimé pour favoriser l’apprenance au sein d’une organisation. 70% de ce que nous apprenons au travail repose sur des échanges imprévus et informels (Fabrique Spinoza, 2019, Nouveaux espaces de travail et expérience collaborateur).

Les temps de convivialité sont également l’occasion de nourrir le sentiment d’appartenance et donc un moyen de fidéliser les collaborateurs. Un défi particulièrement complexe à relever alors que les collaborateurs sont dorénavant rarement rassemblés physiquement dans un même lieu. Enfin, il a été démontré que les interactions spontanées qui ont lieu généralement à la machine à café génèrent une hausse de productivité de 5 à 10%. Ce que les psychologues américains appellent « effet fontaine” (la fontaine à eau américaine étant l’équivalent de notre machine à café française). C’est d’ailleurs LE moment de convivialité par excellence pour 44% des salariés français.

Se rassembler…et pas uniquement pour les pots de départ

L’étude Swile le montre, les temps de célébration sont de très bonnes occasions de passer un moment convivial ensemble. Mais on peut déplorer que 70% des occasions de célébrer soient… les départs. Certes, il est précieux de se rassembler autour d’un salarié en partance, mais ce chiffre est également le signe d’un manque de volonté institutionnelle de valoriser la convivialité comme pilier de la culture d’entreprise. Pour le dire clairement, encore bien souvent, les managers peuvent avoir le sentiment que les moments de convivialité sont une perte de temps et donc une perte de productivité. Aussi, il est important que ce sujet soit pris en considération au plus haut niveau de l’entreprise et que des plans d’actions soient mis en place pour faire évoluer progressivement la culture.

À travers l’étude, on constate que lorsque la convivialité est jugée “excellente”, c’est en partie grâce à l’implication forte de la direction. Instiller de la convivialité dans le quotidien des salariés devrait ainsi faire partie de la feuille de route des managers. Et les occasions de célébrer sont nombreuses : réussites individuelles ou bien collectives rythment le quotidien de la vie au travail – même si on prend trop rarement le temps de s’y attarder.

Au-delà des temps de célébration, les occasions de se rassembler peuvent être multiples : organisation de (petits)-déjeuners, découverte d’un collègue ou d’un métier de l’entreprise, participation à des événements nationaux comme la fête des voisins au travail, etc. Et n’oublions pas que la convivialité ne se passe pas uniquement autour d’un bon verre ou d’un bon café ! La mise en place d’activités physiques, de challenges sportifs ou ludiques, la création de communautés internes en fonction de centres d’intérêt, etc. sont également des moyens de permettre aux salariés d’être en lien et de se souder entre eux. 

Intégrer les outils digitaux dans un contexte de travail hybride

Avec l’hybridation du travail, les relations deviennent asymétriques : une partie de l’équipe se tient à distance alors qu’une partie est présente. Un contexte qui complexifie les choses au moment de faire vivre la convivialité. Mais des solutions existent – technologiques, en premier lieu. Les grandes gagnantes du télétravail sont bien sûr les messageries instantanées, comme Slack ou Mattermost qui permettent d’entretenir les conversations informelles entre les collaborateurs (bien plus que les traditionnels mails).

La start-up française WorkAdventure a par ailleurs créé une plateforme web pour donner une seconde vie à la pause-café à distance afin de faciliter le lien entre les salariés. Reprenant l’univers graphique des jeux 2D des années 80/90, il suffit de se connecter, de choisir un avatar, de se placer à un endroit au sein de l’environnement de travail virtuel, de préciser si l’on peut être dérangé, et d’interagir avec ses collègues par messagerie instantanées, visioconférence ou autour d’un document. Certains locaux intègrent même des espaces plus originaux, de type rooftop ou karaoké, où les salariés peuvent se retrouver autour d’un verre, s’échanger des playlists, etc. 

Rendre les espaces de travail plus propices à la convivialité

Se retrouver entre collègues et passer de bons moments ensemble devient central pour développer l’attractivité des bureaux, qui devront plus que jamais être pensés sous le signe du lien humain. Les espaces de convivialité devront être aménagés avec le plus grand soin : des espaces généreux, lumineux, végétalisés, équipés d’assises confortables et éloignés des zones de production.

On observe généralement 2 types d’espaces de convivialité complémentaires :

  • L’espace central vers lequel tout le monde converge dans l’esprit “place du village”
  • Des espaces plus petits à proximité des équipes, accessibles plus rapidement.

Les espaces de travail peuvent être équipés de solutions mobilières comme les alcôves ou bulles, accessibles sans réservation et qui permettent de se rassembler de façon impromptue sans déranger ceux qui travaillent. Enfin, de nouveaux espaces comme les “landing zones” ou “espaces d’atterrissage » peuvent être aménagés devant les salles de réunion pour répondre à notre tendance naturelle à débriefer informellement de la réunion. 

La convivialité est donc un levier indispensable pour nous permettre d’être en lien. Certains n’hésitent plus à dire que le bureau de demain aura pour unique vocation de nourrir ce lien, indispensable à notre bien-être mais aussi au bon fonctionnement et à la performance de l’entreprise. Mais tout cela se pense et s’organise, car augmenter la centralité de la convivialité dans une entreprise va impacter son organisation, sa culture et ses espaces. 

Cet article s’appuie sur l’étude Swile sur la convivialité en entreprise (2022).

Abonnez-vous à notre Swiletter

Vous êtes à l'aise avec notre politique de confidentialité et avec le fait qu'on vous recontacte pour parler de nos services ? Super ! On peut continuer alors.